1. Médecins
  2. En pratique
  3. La prescription

La prescription

Dans l’arsenal thérapeutique, la médecine thermale tient toute sa place, comme une médecine complémentaire permettant une prise en charge globale d’un grand nombre de pathologies. La santé publique retient aussi son intérêt dans la prévention et l’accompagnement des malades chroniques et du vieillissement.

Pour le traitement des maladies chroniques :

Le thermalisme se révèle efficace face aux maladies chroniques, articulaires, dermatologiques, respiratoires, métaboliques ou inflammatoires...
Le service médical rendu (SMR) de la médecine thermale a été démontré à plusieurs reprises, dans le traitement du surpoids, de la gonarthrose ou encore face aux troubles anxieux généralisés, par exemple.

Pour un traitement global, non médicamenteux et sans effet secondaire :

En effet, espérer pouvoir réduire ses médicaments ou faire une pause thérapeutique répond à une demande de nombreux malades. La cure thermale parce qu’elle est médicale, globale, éducative et parce qu’elle agit sur l’évolution des comportements peut se révéler comme un espace de transition permettant la pause médicamenteuse. Elle est même une bulle d’oxygène pour les malades qui supportent mal les effets secondaires de certaines thérapeutiques.
 Les cures thermales sont alors particulièrement indiquées en cas d’échec thérapeutique, d’intolérance médicamenteuse ou de refus de traitements chimiques par le patient.

La procédure

La procédure

La procédure de prescription est simple. Voici les grandes étapes à suivre : 

  1. Le questionnaire de prise en charge Cerfa_11139*02.pdf est disponible dans les caisses primaires d’assurance maladie. Il doit être demandé par le patient ou le médecin.
  2. Le médecin remplit le questionnaire avec son patient, en y mentionnant la ou les orientations thérapeutiques selon les besoins du malade. Il indique aussi la station préconisée.  Le médecin peut éventuellement souligner la nécessité d’une hospitalisation ou la prise en charge dans une maison d’enfants.
    • A noter : une seule cure annuelle de 18 jours de soins est remboursée, sauf cas exceptionnel dont la justification sera évaluée par le médecin conseil de la caisse. Le forfait thermal de 3 consultations de 80 € pour une orientation, ou de 120 € pour deux orientations, est remboursé à hauteur de 70%. Les soins sont pris en charge à hauteur de 65%. Le coût d’une cure équivaut à moins d’une journée d’hospitalisation. Sous réserve de conditions de ressources, le curiste peut bénéficier d’une prise en charge partielle de ses frais de transport et d’hébergement ; mais la plus grande part de ces frais reste à la charge du patient. A l’exception de quelques rares cas, l’hébergement, la restauration et le voyage restent à la charge des malades. De nombreuses mutuelles participent également au remboursement.
    • Si le malade présente des contre-indications, le médecin conseille à son patient d’emporter en cure tout son dossier médical, avec si possible le courrier médical pour le confrère, les radiographies, les ordonnances, la liste des médicaments et les résultats d’examens biologiques. Il s’agit de servir l’efficacité de la prise en charge et de favoriser la coordination des soins. De son côté, le médecin thermal adresse un compte rendu au prescripteur.
  3. Le patient adresse son formulaire rempli et signé à son centre de sécurité sociale avant la date de départ choisie. A défaut de réponse de la CPAM Caisse sous 30 jours, l’accord est réputé acquis.
  4. Le patient prend lui-même contact avec l’établissement thermal pour fixer les dates de sa cure et avec l'office de tourisme organiser son hébergement.
  5. Généralement, la veille ou le premier jour de la cure, le patient rencontre le médecin thermal avec lequel il aura préalablement pris rendez-vous ; celui-ci établit pour lui un programme personnalisé de soins.  Ces derniers lui seront dispensés par des spécialistes hydrothérapeutes, kinésithérapeutes…