1. Médecins
  2. Les cures thermales
  3. Cures conventionnées
  4. pathologie

La discopathie

La discopathie se traduit par la détérioration progressive du disque intervertébral. C’est à la suite de sollicitations longues, importantes et répétitives de la colonne vertébrale qu’elle apparaît progressivement. Avec ses facultés d’articulation, le disque intervertébral permet le mouvement des vertèbres en les séparant les unes des autres. Avec l’usure naturelle liée à l’âge ou une mauvaise posture répétée, le disque se dégénère et ne peut plus assurer pleinement ses fonctions de souplesse et d’amortisseur de la colonne vertébrale.

 

Symptômes de la discopathie

Le principal symptôme est le mal de dos qui peut se manifester à différents endroits : cervicales, dos, lombaires.  

Des douleurs dans d’autres zones (membres, jambes, fesses) accompagnées de sensations d’engourdissement, de fourmillement et des troubles fonctionnels peuvent également intervenir dans les cas de cervicalgie, dorsalgie et lombalgie.

Traitements de la discopathie

Les traitements varient selon les zones et les douleurs liées à la discopathie. Ils seront donc adaptés à chaque patient, ses symptômes, sa situation, ses antécédents, etc. Le premier objectif de la prise en charge sera de réduire les douleurs. On appelle également « traitements conservateurs » les traitements qui vont avoir comme objectif de conserver les capacités physiques.

Il faut noter que la discopathie ne se guérit pas. Les traitements médicamenteux et la kinésithérapie vont améliorer les symptômes sans traiter la pathologie.  

Traitements médicamenteux :

Pour soulager le mal de dos, le médecin prescrit généralement la prise d’antidouleurs voire des anti-inflammatoires sous forme de comprimés ou sous forme d’injection et des décontracturants musculaires dans certains cas.

Traitements non médicamenteux :

Fortement conseillé, l’exercice physique va permettre d’améliorer la qualité de vie du patient atteint de discopathie : amélioration de la circulation sanguine, renforcement des capacités musculaires, etc.

Une fois la douleur diminuée, la rééducation par la kinésithérapie permet de renforcer les capacités musculaires et d’assouplir les articulations. Elle permettra également de corriger les mauvaises postures et de connaître les mouvements à éviter.

Intervention chirurgicale :

L’intervention chirurgicale est nécessaire lorsque l’usure du disque est trop importante et peut provoquer une hernie discale.

La pose d’un disque artificiel, par exemple, permettra le soulagement du disque intervertébral, dont il a la même fonction, tout en améliorant la mobilité et en réduisant les douleurs du patient.

La cure thermale pour la discopathie

La cure thermale pour la discopathie

Les stations thermales ayant l’agrément « rhumatologie » peuvent accueillir les patients souffrant de discopathie.

La cure thermale englobe 72 soins pendant 3 semaines : applications de boue, bains, étuves locales, douches, piscine, massages sous l’eau et mobilisation en piscine avec un kinésithérapeute. Une vigilance particulière sera accordée aux boues trop chaudes et aux massages locaux sur les tendinopathies à caractère très inflammatoire.

L’effet antalgique des eaux thermales spécialisées en rhumatologie, avec des soins quotidiens offrent un palliatif à la chronicité et aux douleurs récidivantes, particulièrement adapté à la discopathie.

Contre-indications :

Les contre-indications sont celles habituelles des cures thermales (insuffisance cardiaque, pulmonaire, cérébrale, etc., cancer ou infection en évolution, psychoses ou démences séniles, immunosuppression en particulier due à un traitement biothérapique en cas de souffrance de rhumatisme inflammatoire). Certains soins sont contre-indiqués en cas d’insuffisances veineuses, intolérances ou contre-indications aux piscines (phobies ou troubles de l’équilibre), intolérances à la chaleur, dermatoses. Enfin, veillez à bien choisir le moment de la cure, voire la reporter en fonction de poussées aiguës de rhumatisme inflammatoire, chirurgie récente, phlébite, etc.

Où faire ma cure?


94 stations thermales en France possèdent une orientation Rhumatologie.

Les derniers|articles publiés

Les derniers|articles publiés

Programme d'éducation thérapeutique du patient BPCO aux Thermes de Cauterets

Ce programme cible des patients atteints de BPCO de stade 1 à 2 sans oxygénothérapie âgé de 18 et plus.

Les aidants sont admis dans le programme pour...

En savoir +

La cure thermale à la Réunion

A 1200 m d'altitude, dans un environnement naturel exceptionnel inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco et au cœur du parc national de la Réunion,...

En savoir +

Les Thermalies 2022

La médecine thermale était présente aux Thermalies du 20 au 23 janvier 2022 à Paris !

En savoir +