1. Médecins
  2. Les cures thermales
  3. Cures conventionnées
  4. pathologie

Suites de chirurgie articulaire des membres ou de la colonne vertébrale

La chirurgie articulaire des membres ou de la colonne vertébrale est pratiquée pour la réparation des articulations dans le cas de maladies ou d’accidents. La réparation intervient généralement sur les ligaments, le ménisque ou encore le cartilage.

Dans certains cas, en particulier à cause de l’arthrose ou l’arthrite, l’articulation peut être remplacée par une prothèse totale ou partielle (prothèse du genou par exemple). Elle est proposée lorsque l’articulation touchée provoque des douleurs intenses, difficiles à supporter et à résorber.

Une vigilance particulière doit être apportée dans les suites de la chirurgie afin de retrouver autonomie et mobilité et de prévenir les complications. La cure thermale est particulièrement adaptée pour calmer les douleurs, renforcer les effets de la rééducation et poursuivre l’amélioration de la mobilité.

Quels traitements après la chirurgie articulaire ?

Quels traitements après la chirurgie articulaire ?

Les traitements et les soins vont dépendre de l’intervention réalisée, du patient, et des directives des spécialistes.

Selon l’intensité des douleurs, des antalgiques ou des anti-inflammatoires peuvent être nécessaires après l’intervention mais avec une attention particulière apportée sur les effets secondaires surtout si le traitement associe des anticoagulants.

Pour prévenir le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire, un anticoagulant sera souvent prescrit. Il peut être accompagné du port de bas ou bandes de contention pour faciliter la circulation du sang. La reprise de la marche est souvent précoce, tout en restant progressive selon le rythme du patient, ses limites et la douleur. Elle va permettre de limiter les complications de phlébite et d’embolie.

A la suite d’une opération, la rééducation est une étape très importante. Encadrée par un kinésithérapeute, elle permet d’accompagner le patient dans les gestes quotidiens selon l’opération réalisée.

Quels sont les traitements ?

Quels sont les traitements ?

Chez l’enfant ou l’adolescent atteint de scoliose évolutive, le port du corset orthopédique est le traitement le plus commun. Son efficacité dépendra largement du nombre d’heures où celui-ci sera porté. Le corset peut également être porté chez le patient adulte où il permettra de freiner son évolution et de retrouver son équilibre.  

Une opération chirurgicale peut être nécessaire si la colonne vertébrale est très courbée. Elle consistera à fixer des tiges métalliques aux vertèbres pour redresser les déformations.

Les traitements orthopédiques et chirurgicaux peuvent être accompagnés de rééducation fonctionnelle à travers des séances de kinésithérapie.

Des médicaments antalgiques peuvent être prescrits dans les cas de douleurs liées à la scoliose.

Quels apports de la cure thermale après une chirurgie articulaire ?

Quels apports de la cure thermale après une chirurgie articulaire ?

Les stations thermales ayant l’agrémentation « rhumatologie » peuvent accueillir les patients à la suite d’une chirurgie articulaire des membresou de la colonne vertébrale comme la pose de prothèse par exemple.

La cure thermale apporte des soins et une prise en charge complète avec l’objectif de réduire les douleurs et améliorer la mobilité. 

L’effet antalgique des eaux thermales spécialisées en rhumatologie, avec des soins quotidiens offrent un palliatif et un effet décontracturant. La mobilisation en piscine, les massages et les douches permettent de réduire les raideurs et de retrouver une meilleure amplitude articulaire.

La cure englobe 72 soins pendant 3 semaines : applications de boue, bains, études locales, douches, piscine, massages sous l’eau et mobilisation en piscine avec un kinésithérapeute. Une vigilance particulière sera accordée aux boues trop chaudes et aux massages locaux sur les tendinopathies à caractère très inflammatoire.

Contre-indications :

Les contre-indications sont celles habituelles des cures thermales (insuffisance cardiaque, pulmonaire, cérébrale, etc., cancer ou infection en évolution, psychoses ou démences séniles, immunosuppression en particulier due à un traitement biothérapique en cas de souffrance de rhumatisme inflammatoire). Certains soins sont contre-indiqués en cas d’insuffisances veineuses, intolérances ou contre-indications aux piscines (phobies ou troubles de l’équilibre), intolérances à la chaleur, dermatoses. Enfin, veillez à bien choisir le moment de la cure, voire la reporter en fonction de poussées aiguës de rhumatisme inflammatoire, chirurgie récente, phlébite, etc.

Où faire ma cure?


90 stations thermales en France possèdent une orientation Rhumatologie.

Les derniers|articles publiés

Les derniers|articles publiés

Programme d'éducation thérapeutique du patient BPCO aux Thermes de Cauterets

Ce programme cible des patients atteints de BPCO de stade 1 à 2 sans oxygénothérapie âgé de 18 et plus.

Les aidants sont admis dans le programme pour...

En savoir +

La cure thermale à la Réunion

A 1200 m d'altitude, dans un environnement naturel exceptionnel inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco et au cœur du parc national de la Réunion,...

En savoir +

Concours inscription à la newsletter de la médecine thermale

Tentez de remporter l'une des 10 serviettes de bain la médecine thermale en vous inscrivant à la newsletter !

 

En savoir +