Quels soins pour soulager l’asthme ?

Quels soins pour soulager l’asthme ?

par cneth-blog-admin

Comment soulager l’asthme ? Quels soins pour les enfants asthmatiques ? La cure thermale peut-elle soulager durablement l’asthme ? Toutes les réponses à ces questions sont dans cet article

La cure : une solution durable pour les enfants asthmatiques

L’école de l’Asthme permet d’associer aux soins thermaux des séances d’éducation thérapeutique du patient.
À la clé : des enfants formés, entre autres, aux signes d’alerte de la crise, et une qualité de vie améliorée.
La démarche est précurseur en matière d’éducation thérapeutique. En effet, l’école de l’Asthme a ouvert ses portes en 1986. Elle est le fruit de réflexions de médecins thermaux et de pneumopédiatres du CHU de Clermont-Ferrand.

“ Elle complète les soins d’eau spécifiques, une eau bicarbonatée chlorurée sodique arsenicale”, précise le Dr. Anne-Véronique Fourot-Bauzon, médecin thermal
coordinateur de l’école de l’Asthme et responsable des maisons d’enfants. L’eau, dénuée de soufre, n’irrite en aucun cas les muqueuses sensibilisées par l’allergie.

Au programme des soins, décidés en fonction de l’examen clinique et de l’atteinte des voies respiratoires hautes et/ou basses, associée ou non à une dermatite atopique : un nettoyage des fosses nasales, des soins humides (pulvérisations, inhalation collective, douche vapeur, insufflation tubaire, etc.) et des soins secs (électroaérosol qui projette des particules d’eau extrêmement fines jusque dans les alvéoles, ainsi que différentes sortes d’aérosols, sonique ou manosonique).

Les affections des voies respiratoires et ORL sont soulagées par des gargarismes, des inhalations, des séances d’aérosol et des irrigations nasales.

Quant à l’école de l’Asthme, ouverte aux enfants, comme aux adultes, on y apprend à connaître sa maladie et tout ce qu’elle implique : les médicaments, de fond et
de crise, les facteurs déclenchants, mais aussi la mesure du souffle avec un débitmètre, et l’alerte en cas de gêne respiratoire. L’apprentissage y est pédagogique et adapté à l’âge : sous forme de jeux en deux ateliers de 1h30 pour les plus jeunes, et sous forme de tables rondes pour les adolescents, qui peuvent échanger en toute confiance, notamment sur la notion d’observance du traitement et sur l’impact de leur maladie au quotidien…

Dans les maisons d’enfants (venus donc sans leurs parents), une infirmière veille à la bonne prise des traitements et à la mesure du souffle. Le personnel médical est également présent pour remotiver les enfants à l’effort et ce, toujours en lien avec le médecin de famille. L’efficacité de la cure repose sur les soins thermaux bien sûr, anti-inflammatoires, immunostimulants et drainants, mais aussi sur le climat de la station et sur les cours dispensés par l’école de l’asthme. “ Cette cure est généralement prescrite pour un séjour chaque année pendant trois ans, avant une pause, et une quatrième cure de rappel”, suggère le Dr. Anne-Véronique Fourot-Bauzon.

Mode d’emploi : comment est prescrite une cure à orientation ORL ?

Comme pour toutes les cures, le médecin, généraliste ou ORL, est le prescripteur. Il peut en faire la demande via un formulaire Cerfa dédié (n°1139*02), disponible dans les Caisses d’Assurance Maladie.
Le médecin remplit le formulaire avec son patient, en y mentionnant la ou les orientation(s) thérapeutique(s) souhaitée(s), la station préconisée et, s’il le faut, la nécessité d’une prise en charge dans une maison d’enfants (pour les enfants de 3 à 17 ans). Le choix des soins thermaux revient au médecin du centre thermal.
Pour identifier le centre adapté, il est possible d’utiliser le moteur de recherche du site medecinethermale.fr,que l’on trouve dans l’espace “ Curiste ”, à la rubrique “ Stations thermales ”. Le patient adresse ensuite le formulaire signé par les deux parties à son centre de sécurité sociale. À défaut de réponse de la Caisse primaire d’assurance maladie sous 15 jours, l’accord est considéré comme acquis. Le patient prend alors lui-même contact avec l’établissement thermal pour fixer les dates de sa cure. Il peut ensuite organiser son hébergement.

À lire également